Pourquoi les investisseurs devraient être prudents avec la coqueluche technologique du Canada

Introduction
Pourquoi les investisseurs devraient être prudents avec la coqueluche technologique du Canada

Les « FANG » américains, les Tencent et Alibaba chinois, les Prosus et SAP européens, les...Shopify?

Avec des indices plus larges se négociant en dessous de leurs plus hauts niveaux historiques, mais le NASDAQ proche d'un retracement complet, les actions technologiques ont fait couler beaucoup d'encre ces derniers temps en tant que chouchous de l'après-correction. Cependant, ici au Canada, l'industrie technologique a toujours été peu brillante et limitée, les investisseurs étant à la recherche d'une star depuis la chute de Nortel et de Blackberry.

Shopify a été la meilleure chance du Canada dans la cour des grands depuis un certain temps. Contrairement aux entreprises de services, telles que Constellation Software et Opentext, qui sont de bonnes entreprises en soi, mais dont la stratégie est plus conservatrice, Shopify connaît une croissance rapide et réinvestit massivement ses liquidités afin de saisir une occasion exceptionnelle.

Shopify a été largement perçu comme l'anti-Amazone, armant les petites entreprises avec des outils pour être compétitives dans un monde numérique. C'est une grande entreprise, mais qui n'est pas sans problèmes, surtout à court terme.

Les biens fournis par ces petites entreprises numériques sont généralement des achats à créneaux, qui sont des biens de choix (biens discrétionnaires), et qui ne sont pas nécessaires pour les besoins (articles essentiels). Alors que le chômage continue à augmenter et que les consommateurs sont de plus en plus touchés par le coronavirus, la diminution du revenu disponible des ménages pousse les consommateurs à réorienter leurs dépenses vers l'épicerie et les produits de première nécessité. Cela crée un problème majeur de demande pour le commerçant typique de Shopify. Pour aggraver les choses, la moyenne des petites entreprises ne dispose que d'un coussin de liquidités médian de 27 jours.

Bien que nous soyons fermement convaincus des perspectives à long terme de Shopify, il est extrêmement suracheté dans l'environnement actuel. Le titre se négocie maintenant à plus de 30x l'EV/revenu par rapport à des pairs du secteur des logiciels qui se situent en moyenne en dessous de 10x l'EV/revenu. Du sommet au creux du recul, Shopify a chuté de 41 %, passant seulement à 95 % en hausse par rapport à ses creux atteints pendant seulement 25 séances de négociation. La prospérité de Shopify dépendant largement des revenus de ses commerçants sous-jacents, il nous est difficile de justifier une telle poussée face aux vents contraires de l'économie. Nous pensons que cette reprise est due à l'absence d'alternatives viables sur le marché canadien des actions de croissance.

Les États-Unis continuent d'avoir un marché beaucoup plus vaste pour les actions de croissance, particulièrement dans le secteur des technologies. Dans un contexte d'incertitude, nous nous tournons vers deux voies: le portefeuille de titres de sociétés de logement et les sociétés de logiciels d'entreprise qui se négocient à des valeurs plus attrayantes.

Le métier du « chez soi »: De fortes perspectives en cas de rétractation prolongée

À chaque grand rassemblement, de nouveaux mots à la mode et de nouveaux acronymes apparaissent. Cette fois-ci, il s'agit des stocks de « produits de consommation courante ». Les actions les plus récentes et les plus importantes dans le domaine des technologies sont des entreprises qui sont prêtes à bénéficier directement de mesures rapides de distanciation sociale. Les consommateurs restent à l'intérieur pour une durée plus longue de leurs jours et la main-d'œuvre passe à WFH (travail à la maison).

Avec une période prolongée de distanciation sociale et des habitudes de consommation susceptibles de poursuivre cette pratique bien après un « retour à la normale » (vous précipiterez-vous pour être de retour dans une salle de concert surpeuplée cet été?le portefeuille de prêts hypothécaires résidentiels présente de solides perspectives de croissance pour le reste de l'exercice. Toutefois, dans les premiers jours de la liquidation, les investisseurs semblaient être davantage concentrés sur ce qu'une entreprise fait plutôt que sur ce qu'elle vaut.

Si l'on combine avec les investisseurs qui cherchent quelque part à se cacher, une accélération dans cette nouvelle tendance signifie qu'il est probable que plusieurs de ces sociétés ont une portée excessive à court terme, ce qui rend la sélection des titres plus importante. Certains de nos noms préférés sont Zoom, Activision, Peloton, Everbridge et Slack. Les chiffres derrière certaines de ces entreprises sont stupéfiants. Par exemple, les téléchargements de Zoom ont augmenté de 14 fois la moyenne hebdomadaire à la mi-mars, tandis que Slack a augmenté le nombre total d'utilisateurs et de clients payants de manière similaire.

Les logiciels d'entreprise seront résistants, mais pas à l'épreuve des balles

Si vous regardez les entreprises de logiciels d'aujourd'hui, elles ont en commun des positions de trésorerie nettes énormes, des modèles d'entreprise très évolutifs, des applications critiques et des économies de coûts. Avec la bulle Internet et la crise financière de 2008 dans le rétroviseur, les entreprises de logiciels d'aujourd'hui bénéficient de modèles commerciaux plus éprouvés, d'un mandat mondial plus fort pour la transformation numérique et d'un rôle plus important pour la technologie dans l'économie mondiale.

Au sein des sociétés de logiciels, nous cherchons un faible revenu moyen par client, une proportion élevée des revenus est récurrente (une caractéristique clé) et une évaluation raisonnable de la valeur de l'entreprise et des ventes. Le point positif est que la pandémie a accéléré la transformation numérique et que les logiciels en sont les principaux bénéficiaires. Nous recherchons des noms de logiciels qui présentent des soldes nets de trésorerie importants, une forte marge brute d'autofinancement et des fossés défendables. Ce sous-secteur représente environ 50 % du Fonds mondial pour les innovateurs et nos meilleurs choix dans ce domaine sont Adobe, Atlassian, Everbridge et Crowdstrike.

— Nick Mersch est l'un des gestionnaires de portefeuille du fonds Purpose Global Innovators


Toutes les données proviennent de Bloomberg, à moins d'indication contraire.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits aux présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs.

L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres.

Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. Les renseignements fournis peuvent être modifiés sans préavis et ni Purpose Investments Inc. ni les membres de son groupe ne seront tenus responsables des inexactitudes dans les renseignements présentés.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Le taux de rendement indiqué est le taux de rendement total composé annuel historique, y compris les fluctuations de la valeur des actions ou des parts et le réinvestissement de toutes les distributions, et ne tient pas compte des frais d’acquisition, de rachat ou de distribution ou des frais facultatifs ni de l'impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, lesquels réduiraient le rendement. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire.

Author

Nick Mersch

View Comments
Next Post

Les arguments en faveur de l'achat d'or et pourquoi KILO est le moyen le plus intelligent de le faire

Previous Post

Les banques centrales font preuve de fermeté alors que la récession mondiale frappe rapidement