Revenant dans plus d'incertitude

Introduction
Revenant dans plus d'incertitude

Les marchés ont rebondi en avril, affichant l'un de leurs meilleurs mois. Ce rebondissement par rapport aux creux de mars a permis de récupérer une bonne partie des pertes de l'année, mais sommes-nous vraiment hors de la zone de danger? Il s'agit d'une situation très particulière, car nous manquons totalement de données fondamentales sur lesquelles évaluer les entreprises.

Personne ne connaît le moment exact de la réouverture de l'économie et la façon dont elle se déroulera. Cela n'a jamais été fait auparavant. Par conséquent, il est possible d'éviter aux entreprises de fournir peu ou pas d'indications. La saison des bénéfices a été davantage axée sur les bilans afin de déterminer quelles entreprises disposent du meilleur pouvoir de suspension et qui peuvent faire face à la concurrence.

Pour mesurer l'évolution spectaculaire des bénéfices estimés, examinons le S&P500. En 2019, le bénéfice par action de l'indice était de 150 $ . Les prévisions pour 2020 au début de l'exercice se sont élevées à environ 165 $ . Mais au cours du dernier mois, compte tenu du virus et de la fermeture qui en a découlé, les estimations vont maintenant de 90 $ à 130 $ .

Si nous prenons 100 dollars, cela représente une baisse de plus de 30 % des revenus escomptés en un an. Si nous examinons ensuite la situation de l'économie dans une reprise en V, qui se traduit par une croissance de 30 % pour les deux prochaines années, nous obtenons 2021 à 130 $ et 2022 à 160 $ (oui, revenons à ce que nous aurions dû faire cette année). C'est un scénario optimiste, mais il montre tout de même plus de deux années perdues.

Les principaux risques pour le marché seront la fin de l'été et l'automne. Tout le monde se concentre actuellement sur la date de réouverture de l'économie et la plupart s'attendent à une reprise rapide. Mais que se passe-t-il s'ils ouvrent et que personne ne se présente? Comme l'a dit un jour Yogi Berra, « si les gens ne veulent pas venir au stade, personne ne les en empêchera »

Avec la fermeture d'une grande partie de l'économie pendant une période prolongée et l'adaptation de nombreux travailleurs à des modèles de maison, il est très possible que le nouveau monde ne soit pas comme l'ancien. Pire encore, tout le monde ne sera pas réengagé dans son ancien rôle. Cela prendra du temps et personne ne doit s'attendre à un retour instantané à la « normale »

Compte tenu du manque de fondamentaux, l'analyse technique a joué un rôle énorme dans cette reprise et le plus grand débat est de savoir « s'il faut ou non refaire les tests » Dans la plupart des cas, on assiste à un net rebond (comme au début du mois d'avril), mais on assiste ensuite à une baisse du volume des ventes, qui se rapproche des faibles niveaux précédents.  Ce fut le cas en 2008/09.

L'une des exceptions les plus notables à cette tendance est la vente de décembre 2018, dont les niveaux n'ont été retrouvés qu'il y a quelques semaines.  Ce qui est différent cette fois-ci, ce sont les actions très agressives et proactives des banques centrales mondiales. Plus de 2 billions de dollars de mesures de stimulation ont suffi à contrebalancer la première vague de l'effondrement économique. Les achats directs de FNB à revenu fixe sur le marché ont été sans précédent. Il convient de souligner que c’est l’une des premières fois que les banques centrales ont commencé à mettre en œuvre des programmes d’assouplissement avant le début d’une récession.

Cela soulève la question suivante: les banques centrales sont-elles maintenant à court de balles? L'achat direct de titres de capitaux propres constitue la prochaine étape et peut-être la dernière étape pour les banques centrales. Qui veut parier contre cela en année électorale? Les programmes financiers seront utilisés pour éviter ce scénario et pour combler l'écart de nombreuses entreprises. Toutefois, la longueur et le montant sont encore inconnus.

Compte tenu de l'ampleur des mesures de relance, faut-il s'étonner que l'un des actifs les plus performants cette année ait été cette police d'assurance classique en or?

Tout le monde devrait être impressionné par la réaction du marché au cours du mois dernier et nous espérons que l'économie pourra survivre au choc. Nous pensons toujours que la volatilité sera la nouvelle norme et nous nous tournerons vers le marché obligataire pour signaler une reprise de la normalisation de l'économie au sens large. Les mesures de fermeture et de distanciation sociale fonctionnent. Espérons que nous garderons le cap pour les mener à bien et que nous pourrons entamer le processus de retour à la normale.

— Greg Taylor, CFA est le chef des placements de Purpose Investments


Toutes les données proviennent de Bloomberg, à moins d'indication contraire.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits aux présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs.

L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres.

Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. Les renseignements fournis peuvent être modifiés sans préavis et ni Purpose Investments Inc. ni les membres de son groupe ne seront tenus responsables des inexactitudes dans les renseignements présentés.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Le taux de rendement indiqué est le taux de rendement total composé annuel historique, y compris les fluctuations de la valeur des actions ou des parts et le réinvestissement de toutes les distributions, et ne tient pas compte des frais d’acquisition, de rachat ou de distribution ou des frais facultatifs ni de l'impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, lesquels réduiraient le rendement. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire.

Author

Greg Taylor

Greg Taylor is the Chief Investment Officer of Purpose Investments. Greg specializes in finding and exploiting pockets of volatility in the market to drive returns.

View Comments
Next Post

Wealth Professional: Where to get income as beleaguered economy reopens

Previous Post

Snapping Back into More Uncertainty